中文 English Contactez-nous

Conférence de presse du Premier Ministre Li Keqiang Transcription intégrale

fmprc.gov.cn| Mis à jour : 2021-03-12

W020210312583570226796.jpg

La 4e session de la XIIIe Assemblée populaire nationale a tenu une conférence de presse au Grand Palais du Peuple le 11 mars 2021 dans l'après-midi. Le Premier Ministre Li Keqiang a rencontré la presse et répondu aux questions des journalistes chinois et étrangers sur l'invitation du porte-parole de la présente session Zhang Yesui.

Dans ses remarques d'ouverture, le Premier Ministre Li Keqiang a salué et remercié les amis de la presse d'avoir couvert les sessions de l'APN et de la CCPPC. Il a ensuite ouvert la session qui se tient en visioconférence.

CNBC : Monsieur le Premier Ministre, l'épidémie de COVID-19 a eu des impacts sur les modalités et les lieux de travail. L'année dernière, quels sont les changements de la qualité de l'emploi et des revenus en Chine ? Quelles seront les mesures concrètes que prendra la Chine pour améliorer la situation ? Dans le contexte de vieillissement de la population, quels sont les impacts sur la consommation et les marques étrangères ?

Premier Ministre Li Keqiang : L'emploi est primordial pour tous les pays et tous les ménages. En 2020, au plus fort de l'épidémie, il n'y avait presque personne dans les rues. La plupart des commerces ont dû fermer leurs portes. Ce qui me préoccupait le plus, c'était un éventuel chômage massif dans le pays. J'ai effectué ensuite des visites en province et je me suis rendu dans plusieurs boutiques. Je me souviens que le patron d'un petit commerce fermé pendant trois mois m'a dit que sa boutique a pu tenir et personne n'a été licencié grâce aux mesures prises par le gouvernement pour réduire et exonérer des impôts, des frais, des loyers et des tarifs de l'eau et de l'électricité et aux subventions accordées pour la stabilisation de l'emploi. Je lui ai demandé comment il a fait pour le salaire de ses employés. Il m'a dit qu'il n'avait pu leur donner que des rémunérations de base. Et une vingtaine d'employés sur place m'ont répondu qu'ils n'avaient rien à plaindre car la boutique avait pris en charge la nourriture et le logement pour ne licencier personne. L'employeur et les employés ont tous compris que lorsque l'entreprise et les emplois sont sauvegardés, les affaires reviendront une fois que l'activité repart.

L'année dernière, lorsque nous élaborions la politique macroéconomique, il y avait beaucoup de facteurs d'incertitude. C'est la raison pour laquelle nous ne nous sommes pas fixé d'objectif chiffré pour le PIB. Mais après avoir mené des études solides et approfondies, nous avons fixé l'objectif de créer plus de 9 millions de nouveaux postes en ville, car l'emploi est le fondement du bien-être de la population, la base du développement et la source de la création des

richesses. Nous avons avancé l'idée de réaliser une croissance positive, car nous étions sûrs qu'avec la création de 9 millions de nouveaux postes en ville, nous pourrons avoir une croissance positive. L'emploi génère des revenus, qui pourront tirer la consommation et la croissance économique.

L'année dernière, sous la ferme direction du Comité central du Parti rassemblé autour du Camarade Xi Jinping et grâce aux efforts conjoints de tous les Chinois, les acteurs du marché ont affiché une grande résilience et le peuple chinois a travaillé en solidarité pour surmonter les difficultés. Nous avons réussi à créer l'année dernière 11,86 millions d'emplois en ville et réalisé une croissance économique de 2,3%. Les revenus des ménages ont également augmenté. Tous ces résultats ont été meilleurs que prévu.

En 2021, nous faisons face à une grande pression en termes d'emploi. En ville, environ 14 millions de personnes entrent sur le marché du travail, dont 9,09 millions de diplômés universitaires, un record historique. Nous devons également régler les problèmes d'emploi pour les militaires démobilisés, et aussi pour les 270 à 280 millions de travailleurs migrants. C'est pourquoi dans la politique macroéconomique de cette année, nous continuerons d'accorder la première priorité à l'emploi et de réaliser les « six stabilisations » et les « six garanties ». L'emploi occupe toujours la première place. Les mesures de l'année dernière, au lieu d'être réajustées ou abandonnées, seront encore renforcées. Toutes les autres mesures doivent servir l'emploi. Nous sommes convaincus qu'une reprise économique solide contribuera à la création de nouveaux emplois et la création de nouveaux emplois mènera à la stabilité et au progrès de l'économie.

En 2021, nous nous sommes fixé l'objectif de créer plus de 11 millions de nouveaux postes d'emploi en ville. Nous espérons pouvoir faire mieux. Une chose est claire, c'est que dans la promotion de l'emploi, c'est au marché de jouer le rôle primordial, et que pour soutenir l'emploi, il nous faut soutenir les acteurs du marché. D'une part, nous devons stabiliser les emplois actuels et en créer de nouveaux. D'autre part, nous devons diversifier les canaux de création d'emplois. L'année dernière, les modes de travail ont connu des changements sur fond de COVID-19. Nous avons vu le développement de nouveaux moteurs de croissance comme l'e-commerce et la livraison à domicile, ce qui a également contribué à la création d'emplois et au développement des secteurs traditionnels. Nous devons continuer d'encourager la création d'emplois stables et de promouvoir dans le même temps le travail flexible, qui est en plein essor en Chine et touche plus de 200 millions de personnes. Il y a même des gens qui ont plusieurs emplois et qui travaillent très dur. Nous devons donc les subventionner pour leur sécurité sociale, et adopter notamment des solutions institutionalisées pour régler les problèmes de l'accident au travail auxquels ils seraient confrontés pour garantir leurs droits et intérêts fondamentaux. Cela favorisera également un développement sain et stable du marché du travail flexible.

Vous avez parlé des personnes âgées. La Chine en compte actuellement 260 millions. La silver économie est un secteur très prometteur et les demandes sont variées. L'immensité et les demandes diversifiées du marché chinois permettront d'apporter davantage d'opportunités aux produits, aux services et aux investissements étrangers, car le marché chinois est ouvert.

La Chine, peuplée de 1,4 milliard d'habitants, possède d'abondantes ressources en main-d'œuvre. Les Chinois sont diligents et persévérants. Lorsqu'il y a des opportunités, ils les saisiront. La prospérité s'appuie sur la diligence qui nous met à l'abri de la pénurie. Je suis convaincu qu'avec la diligence et la persévérance, le peuple chinois pourra réaliser progressivement l'enrichissement commun.

W020210312583570235407.jpg

Agence EFE : La partie américaine accuse la Chine de ne pas être assez transparente à l'égard du groupe d'experts de l'OMS le mois dernier à Wuhan. Le chef du groupe d'experts a souligné que leurs collègues chinois ont partagé un grand nombre d'informations détaillées, mais a également exprimé le souhait d'obtenir davantage de données brutes des cas de maladies similaires à la COVID-19 sur la période octobre-décembre 2019. La partie chinoise est-elle prête à fournir ces données ou à accueillir un nouveau groupe d'experts ?

Premier Ministre Li Keqiang : La COVID-19 est une urgence de santé publique mondiale. Comme toutes les autres parties, la Chine espère trouver rapidement l'origine du virus, ce qui contribuera à arrêter la diffusion du virus et à mieux contrôler l'épidémie. Mais l'identification de l'origine du virus est une question scientifique complexe qui nécessite une coopération plus étroite entre les pays et des recherches de long terme. La Chine a toujours fait preuve d'objectivité, de transparence, d'ouverture et d'esprit de coopération. Elle est restée en communication avec l'OMS et soutient le groupe d'experts dans son travail d'identification de l'origine du virus. Dans la prochaine étape, nous travaillerons ensemble avec l'OMS pour faire avancer les études scientifiques sur l'origine du virus.

Actuellement, l'épidémie continue de se propager dans le monde. L'urgence pour le moment, c'est non seulement de trouver l'origine du virus, mais aussi de mener à bien la riposte sanitaire, y compris la vaccination. La COVID-19 est l'ennemi commun de toute l'humanité. Nous espérons que les différentes parties travailleront ensemble à relever ce défi, car aucun pays ne peut s'en sortir seul. Mais nous avons la certitude que l'humanité est capable d'en triompher définitivement. J'espère que l'année prochaine, nous pourrons nous retrouver pour une conférence de presse en présentiel.

W020210312583570231384.jpg

Nikkei : Dans le Rapport d'activité du gouvernement, vous avez fixé l'objectif de plus de 6% pour la croissance de 2021. Selon beaucoup d'institutions internationales, la croissance du PIB de la Chine atteindrait environ 8%. Pour la première année de la période du 14e Plan quinquennal, en plus de l'augmentation des investissements en capital fixe, il y a aussi le risque de surchauffe immobilière à cause des flux financiers excessifs dans le monde. Le gouvernement chinois a adopté des politiques budgétaires et monétaires accommodantes. Dans un tel contexte, est-ce que le gouvernement chinois passera d'une politique d'assouplissement à une politique d'austérité ? Selon les études menées par le Centre d'études économiques du Japon, le volume de l'économie chinoise dépassera celui des États-Unis en 2028. Comment le voyez-vous ?

Premier Ministre Li Keqiang : J'ai noté que l'objectif de plus de 6% avait attiré beaucoup d'attention dans le monde et j'ai vu des analyses différentes. Certains pensent que cet objectif est très positif. D'autres pensent qu'il est inférieur aux prévisions. Nous serons contents de voir un développement plus rapide. Mais nous sommes clairement conscients que pour l'année 2021, ce sera un développement économique sur la base de la reprise, qu'il y aura beaucoup de facteurs incomparables et que la reprise de l'économie mondiale reste toujours incertaine. 6% est déjà un chiffre très important. Maintenant, l'économie chinoise représente 100 000 milliards de yuans RMB. Une croissance de 6% signifie 6 000 milliards de yuans RMB, qu'il fallait au moins une croissance de PIB de 8% au début de la période du 13e Plan quinquennal pour réaliser. Cet objectif a laissé la porte ouverte et la croissance réelle pourrait être plus importante. Objectif fixé n'est pas objectif fixe. Il sert à orienter les prévisions. Nous espérons que la fixation de cet objectif permettra de consolider la reprise économique, de promouvoir un développement centré sur la qualité et la soutenabilité. Surtout, cet objectif doit s'articuler avec les objectifs de l'année prochaine et de l'année suivante pour éviter toute grande turbulence, sinon les prévisions du marché seront perturbées. La vitesse ne veut pas dire un développement stable. Seul un développement stable permet une croissance forte. Pour une grande économie comme la Chine, nous espérons avoir un développement économique stable sur le long terme.

L'année dernière, face à un choc inédit, le gouvernement chinois a pris des mesures rapides et fermes tout en évitant les liquidités excessives. Nous avons prévu une augmentation du budget de 2 000 milliards de yuans RMB. Une grande partie de ces fonds, sous forme de réduction des impôts, taxes et frais divers, sont allés directement aux acteurs du marché et au bien-être de la population. Cette somme d'argent est allée directement aux échelons de base en sept jours au plus vite grâce à un mécanisme de transfert direct pour donner un soutien financier aux gouvernements locaux dans la réduction d'impôts et de charges et la stabilisation des emplois. Cette mesure a donné des résultats rapidement. Cela ne veut pas dire que les grands projets ou les grandes industries ne sont pas importants. Mais pour les grands projets, il faut au moins 200 jours pour mener des études de faisabilité et étudier les demandes du marché. Le temps comptait et il fallait aller vite, sinon, beaucoup d'entreprises fermeraient leurs portes. Lors de la conférence de presse de l'année dernière, un journaliste m'a demandé si les mesures prises par le gouvernement chinois n'étaient pas insuffisantes. Nous avons appliqué les mesures là où il y avait un besoin urgent et obtenu des résultats rapides et substantiels. Les mesures d'ampleur prises par le gouvernement chinois l'année dernière sont pertinentes. Ainsi nous n'avons pas utilisé les instruments de réserve prévus.

L'année dernière, nous n'avons pas adopté de politiques d'assouplissement quantitatif. Cette année, il n'y aura donc pas de virage brusque. Nous devons maintenir la continuité et la soutenabilité des politiques gouvernementales. La priorité doit être accordée à la stabilité économique en vue d'un meilleur développement. Pour que l'économie fonctionne dans des marges raisonnables, il faut toujours veiller à appliquer effectivement les mesures pour soutenir les acteurs du marché, les PME et les microentreprises en particulier, qui sont en reprise. Puisque l'économie est repartie, nous réajusterons des politiques de manière appropriée. Certaines politiques temporaires ne sont plus appliquées. Mais il y a aussi des politiques de réduction structurelle des impôts et des frais divers qui seront adoptées pour neutraliser les impacts de la crise et garder la force de notre soutien à l'emploi, au bien-être de la population et au dynamisme des acteurs du marché.

Comment maintenir la force de nos politiques d'ampleur ? L'argent est très important, mais bien utiliser cette somme d'argent est plus important encore. Nous avons tiré des expériences utiles de notre travail de régulation macroéconomique de l'année dernière. Sur le plan budgétaire et financier, les instances centrales vont réduire leurs dépenses, et les gouvernements des différents échelons donneront l'exemple pour se serrer la ceinture. De plus, nous élargirons la couverture des fonds dédiés directement aux échelons de base. Nous maintiendrons le niveau de notre soutien aux échelons de base et aux acteurs du marché et assurerons un transfert rapide et effectif pour soutenir réellement les entreprises et le bien-être de la population. Par ailleurs, nous devons, tout en stabilisant le ratio de levier, encourager les institutions financières à céder une partie de leurs bénéfices en faveur des PME et des microentreprises, pour faciliter leur financement et en réduire le coût. Bien entendu, nous travaillerons également à prévenir et à résoudre rapidement toutes sortes de risques qui pourraient surgir.

Le développement de la Chine a pour objectif fondamental d'assurer une vie meilleure au peuple chinois. La Chine reste un pays en développement. Nous avons encore un long chemin à parcourir pour réaliser la modernisation. Nous continuerons de veiller à bien gérer nos propres affaires. Le développement de la Chine apportera une grande contribution à la paix, à la stabilité, au développement et à la prospérité dans le monde.

W020210312583570245355.jpg

China News Service : Monsieur le Premier Ministre, ces dernières années, la Chine a réalisé le remboursement interprovincial des frais d'hospitalisation par l'assurance-maladie de base, ce qui a beaucoup facilité le règlement interrégional de l'assurance-maladie. Mais ce n'est pas encore le cas pour les frais de consultation médicale et de médicaments prescrits pour les gens, y compris les personnes âgées, qui vivent et travaillent en dehors de leurs régions d'origine. Ce n'est pas pratique. Quand les frais de consultation pourront-ils aussi être remboursés de manière interprovinciale ?

Premier Ministre Li Keqiang : Sur le site portail du gouvernement chinois, j'ai vu des commentaires portant sur ce sujet. Effectivement, on voit devant les portes des écoles des personnes âgées qui attendent les enfants à la fin des cours. Je suppose qu'une partie d'entre elles ne sont pas de la ville et sont venues pour prendre soin de leurs petits-enfants. Certaines d'entre elles sont obligées de rentrer dans leurs régions d'origine pour se faire rembourser. Leur plus grande préoccupation, c'est le règlement interprovincial des frais médicaux. C'est vraiment une question que nous devons régler progressivement, et c'est justement dans cet esprit que cette année, nous élargirons la couverture du règlement direct interprovincial des frais médicaux et travaillerons pour que d'ici fin 2022, chaque district doit désigner un établissement sanitaire pour le remboursement direct interprovincial de tous les frais médicaux, y compris ceux de consultation. Nous ne pouvons plus laisser ces questions continuer de préoccuper les personnes âgées. Sur beaucoup d'autres petites choses de ce genre,le gouvernement doit également travailler plus, pour que les personnes âgées et leurs familles s'en préoccupent moins.

Phoenix TV : En 2020,Hong Kong a été durement touché par la COVID-19. Il y aura des échéances électorales à Hong Kong dans les prochaines années. L'APN a adopté une décision sur le perfectionnement du système électoral de la Région administrative spéciale de Hong Kong et le Comité permanent de l'APN révisera des lois en cette matière. L'application du principe d'« un pays, deux systèmes » attire beaucoup d'attention de l'extérieur. D'après vous, comment assurer une application solide et sur le long terme de ce principe dans la RAS de Hong Kong ?

Premier Ministre Li Keqiang : Comme nous l'avons clairement dit, nous continuerons d'appliquer de manière intégrale et exacte les principes dits « un pays, deux systèmes », « administration de Hong Kong par les Hongkongais » et « un haut degré d'autonomie à Hong Kong ». Nous agirons en stricte conformité avec la Constitution et la Loi fondamentale, assurerons une bonne application de la législation et des mécanismes d'exécution de la loi sur la sauvegarde de la sécurité nationale dans la RAS de Hong Kong et accorderons un soutien total au gouvernement de la RAS de Hong Kong et à son chef exécutif dans leur exercice du pouvoir en vertu de la loi.

Vous avez évoqué la décision de l'APN sur le perfectionnement du système électoral de la RAS de Hong Kong. Cette décision a clairement fixé l'objectif de maintenir et de perfectionner le système et les institutions du principe d'« un pays, deux systèmes » et de poursuivre le principe dit « administration de Hong Kong par les patriotes » en vue d'assurer l'application solide et sur le long terme du principe d'« un pays, deux systèmes ».

L'année dernière, Hong Kong a subi des impacts à bien des égards. Nous espérons que les différents milieux de la RAS de Hong Kong pourront travailler ensemble pour vaincre au plus tôt la COVID-19, réaliser la reprise économique, améliorer le bien-être de la population et assurer la prospérité et la stabilité sur le long terme de Hong Kong. Le gouvernement central continuera d'accorder tout son soutien à Hong Kong.

W020210312583570243068.jpg

CCTV : La Chine s'est fixé l'objectif de devenir une puissance scientifique et technologique. Mais nous avons encore des failles, et même dépendons de l'approvisionnement étranger dans certains domaines importants et des technologies clés. Nous avons aussi vu des politiques de courte vue dans ces domaines. Par exemple, dans certaines régions, des projets industriels de haute technologie avec un investissement massif ont fait long feu. Qu'en pensez-vous ? Et dans l'avenir, quelles mesures prendra le gouvernement pour promouvoir l'innovation technologique et scientifique ?

Premier Ministre Li Keqiang : Depuis des années, notre pays a réalisé des percées majeures dans l'innovation technico-scientifique, et nous avons aussi connu un développement rapide dans la science appliquée. Mais concernant les recherches fondamentales, nous avons encore des failles. Et pour construire une puissance technico-scientifique et renforcer nos capacités d'innovation, il faut bien jeter la base des recherches fondamentales et des recherches fondamentales des sciences appliquées. C'est la profondeur de la base qui détermine la hauteur d'un bâtiment. Nous ne pouvons pas prendre des mesures de courte vue mais devons faire preuve de pragmatisme.

La part des frais de la R&D dans le PIB chinois est encore modeste, et l'investissement dans les recherches fondamentales ne représente que 6 % de la R&D, alors que ce chiffre est de 15 à 25 % dans les pays développés. Nous investirons davantage dans les recherches fondamentales et poursuivrons la réforme institutionnelle dans le domaine de la science et des technologies. Nous donnerons plus d'autonomie aux chercheurs notamment dans l'utilisation des fonds. Ils n'auront plus à dépenser leurs temps et énergie précieux à des choses insignifiantes comme les formalités et les évaluations. Nous les laisserons se concentrer sur les recherches scientifiques pour réaliser des percées sur la base d'une accumulation de longue date. J'aimerais aussi saisir cette occasion pour dire aux étudiants : Quels que soient votre métier et votre ambition dans l'avenir, vous devez renforcer votre connaissance de base. L'innovation n'est pas incompatible avec une bonne base de savoir. C'est la racine qui apporte de la nutrition à un grand arbre. C'est avec une base solide de savoir que vous pourrez réussir votre carrière professionnelle.

L'innovation doit s'appuyer sur la force du marché. Les entreprises doivent jouer leur rôle d'acteurs principaux. Dans la période du 14e Plan quinquennal, l'État continuera d'accroître son investissement dans les recherches technico-scientifiques et encouragera l'introduction des fonds privés. Pour accroître l'investissement de toute la société à la recherche technico-scientifique,il faut mettre en place des mécanismes pertinents. Par exemple, nous procéderons à une déduction supplémentaire de taxes de 100% des frais de la R&D des industries manufacturières. C'est une politique fiscale préférentielle correspondant aux règles du marché qui encouragera les entreprises à investir davantage dans la R&D. La R&D s'appuie aussi sur la qualité des ressources humaines. La Chine possède beaucoup de talents. Nous allons, d'un côté, favoriser l'émergence des pionniers, et de l'autre, faire valoir la sagesse des personnes ordinaires. Par la promotion de l'innovation et de l'entrepreneuriat,nous avons favorisé l'innovation par tous et développé l'innovation des sciences appliquées. C'est en faisant de tel que nous donnerons un plus grand espace à l'innovation.

Pour assurer le développement indépendant des sciences et des technologies, il faut d'abord compter sur les efforts de nos scientifiques. Il faut aussi développer une coopération internationale et un échange avec des pairs. C'est grâce à la coopération que nous pourrons faire progresser l'exploration,l'invention et la découverte scientifiques. La fermeture mène à l'impasse, et la rupture des chaînes d'approvisionnement et des chaînes industrielles ne profitera à personne. La Chine continuera à renforcer la coopération technico-scientifique avec tous les pays du monde sur la base de la protection des droits de propriété intellectuelle, pour contribuer ensemble au progrès de la civilisation humaine.

W020210312583570257062.jpg

CNN : Ces dernières années, les relations sino-américaines sont tombées à un bas niveau depuis l'établissement des relations diplomatiques entre les deux pays. Des officiels chinois de haut niveau ont affirmé à plusieurs reprises que cela est dû à la politique anti-chinoise extrêmement erronée de l'administration Donald Trump et espèrent que l'administration Joe Biden pourra réparer la situation. Mais à Washington, beaucoup pensent que la partie chinoise a ignoré deux points importants dans son appréciation et sa prise de position. Le premier est que la détérioration des relations bilatérales est due à toutes les deux parties. Ce n'est pas la partie américaine qui en est la seule responsable, comme le dit souvent la Chine. Le second est que sur l'attitude et la politique majeure envers la Chine, qu'il s'agisse de l'origine du virus ou des questions liées à Hong Kong et au Xinjiang, les partis démocrate et républicain ont un large consensus. Quels sont vos commentaires là-dessus ? La semaine prochaine, se tiendra à Alaska le premier entretien de haut niveau entre les deux parties depuis la prise de fonctions de Joe Biden. Dans cette perspective, est-ce que la Chine réajustera ou changera sa politique et sa position en vue d'une reprise et d'une amélioration des relations sino-américaines ?

Premier Ministre Li Keqiang : Ces dernières années, les relations sino-américaines ont connu de grandes difficultés, ce qui a eu des impacts négatifs sur les deux pays et le monde entier. La Chine est le plus grand pays en développement et les États-Unis, le plus grand pays développé. La coopération bénéficie à l'un et à l'autre tandis que la confrontation nuit à leurs intérêts. Pendant plus de 40 ans, les relations sino-américaines ont toujours su aller de l'avant malgré les vicissitudes, car cela correspond au cours du monde et aux intérêts fondamentaux des deux pays. Nous espérons que les parties pourront poursuivre l'esprit de l'entretien téléphonique du Président Xi Jinping avec le Président Joe Biden, à savoir respecter les intérêts vitaux et les préoccupations majeures de part et d'autre, s'abstenir de s'ingérer dans les affaires intérieures de l'autre et observer le principe de non-conflit, de non-confrontation, de respect mutuel et de coopération gagnant-gagnant, pour promouvoir un développement sain et stable des relations sino-américaines. Car cela est dans l'intérêt de nos deux peuples et répond à l'attente de la communauté internationale.

La Chine et les États-Unis sont différents en termes d'histoire, de culture, de stade de développement et de système social. Il est inévitable que les deux pays aient des désaccords, voire de grandes divergences. Mais l'important est de les bien gérer. Les peuples chinois et américain en ont la sagesse et la capacité. Il est nécessaire pour les deux parties de mener des dialogues et échanges sur la base du respect mutuel et de l'égalité. Nous espérons que les deux pays pourront se parler dans de vastes domaines et à divers niveaux. S'ils n'arrivent pas à parvenir à un consensus dans l'immédiat, ils peuvent toujours échanger leurs vues pour accroître la confiance mutuelle et dissiper les doutes. Cela sera utile pour gérer et réduire les désaccords.

La Chine et les États-Unis partagent une grande convergence d'intérêts et peuvent coopérer dans de vastes domaines. L'année dernière, malgré les multiples impacts, leur commerce bilatéral a atteint 4 100 milliards de yuans RMB, soit une augmentation de 8,8%. Ils doivent consacrer plus d'énergie à leurs points communs pour accroître leurs intérêts communs. Les deux pays sont membres permanents du Conseil de Sécurité et assument une responsabilité importante pour la paix, la stabilité, le développement et la prospérité dans le monde. Nous devons surmonter les obstacles et aller de l'avant pour promouvoir un développement stable des relations sino-américaines dans leur ensemble. 

W020210312583570250553.jpg

Agence Xinhua : Vous avez toujours souligné l'importance de dynamiser les acteurs du marché et de faire jouer leur rôle majeur dans le développement économique. Nous avons appris auprès de certains d'entre eux qu'ils rencontrent encore des difficultés et obstacles dans la production, l'exploitation et la concurrence équitable sur le marché. Quelles sont les mesures de réforme que le gouvernement prendra cette année pour aider et revitaliser les acteurs du marché ?

Premier Ministre Li Keqiang : Dans notre réforme en 2020, l'élaboration et l'application des politiques macroécnomiques étaient centrées sur les acteurs du marché pour les aider à sortir des difficultés et les revitaliser. C'est grâce à eux que nous avons pu assurer les fondamentaux économiques du pays. Durant les plus de 40 ans de la politique de réforme et d'ouverture sur l'extérieur, la Chine a développé une économie de marché socialiste et n'a cessé de faire émerger et de développer les acteurs du marché. Le développement des acteurs du marché contribuera à faire jouer pleinement le rôle décisif du marché dans l'allocation des ressources et à mieux faire jouer le rôle du gouvernement. Pendant la période du 13e Plan quinquennal, nous avons vu l'émergence de plus de 60 millions de nouveaux acteurs du marché. Avec l'amélioration de la situation sanitaire et la reprise économique rapide en 2020, nous comptons aujourd'hui plus de 130 millions d'acteurs du marché au total. Le nombre des autoentrepreneurs est passé l'année dernière de 80 millions à 90 millions. Ces derniers assurent désormais l'emploi de plus de 200 millions de personnes. Les acteurs du marché sont aujourd'hui plus dynamiques et plus actifs. C'est le sens dans lequel le gouvernement doit poursuivre la réforme.

Dans l'élaboration et l'application des politiques de cette année, nous devons toujours nous centrer sur les acteurs du marché. Cela exige de nous de poursuivre la réforme des fonctions du gouvernement pour non seulement assurer leur survie, mais aussi et surtout les revitaliser. L'année dernière, je disais que les acteurs du marché représentaient l'avenir de la Chine. Cette année, je dirais que leur dynamisme représentera la vitalité et la résilience de l'économie chinoise. Dans la reconversion des attributions du gouvernement, la priorité est donc de donner aux acteurs du marché les compétences qui leur appartiennent, pour qu'ils puissent jouer pleinement leur rôle. Concernant les procédures d'approbation, nous continuerons de réduire les formalités, le nombre des documents requis et les frais, et de raccourcir le délai de l'approbation. Nous devons d'un côté réduire les fardeaux sur ces acteurs du marché, et de l'autre, éliminer les restrictions pour donner libre cours à la compétition.

Toute compétition doit être équitable. Nous devons donc renforcer la supervision pour assurer l'équité et la justice, ce qui permettra de faire valoir pleinement la créativité des acteurs du marché. Nous veillerons à la fois à la supervision et à l'élimination des restrictions, et à la création de nouveaux modes de supervision, comme une supervision renforcée pendant et après. Nous soutenons le développement d'« Internet+ », d'Internet des objets et d'autres nouvelles formes d'activités, mais nous frappons fermement la fraude, les contrefaçons, l'escroquerie et la collecte illicite de fonds sous prétexte de nouvelles formes d'activités. Ces actes pourront troubler le marché et compromettre l'équité. Sans l'équité, il n'y aura pas de concurrence durable, et encore moins de dynamisme sur le marché.

Par ailleurs, le gouvernement doit optimiser ses services pour créer un environnement favorable à ce que les entreprises s'attachent davantage à la qualité, à la crédibilité et à la compétitivité de leurs produits et services. Concernant les services aux entreprises et les services à la population sur les affaires quotidiennes, le gouvernement doit promouvoir des services en ligne, sur appareils numériques et de guichet unique, pour ainsi dynamiser davantage les acteurs du marché et stimuler la créativité dans toute la société.

TVBS : Au début de cette année, Taiwan a exprimé son souhait de reprendre les échanges avec la partie continentale dans la période post-Covid. Mais aujourd'hui, on ne voit pas de signe d'apaisement dans les relations inter-détroit. Comment le voyez-vous et que fera la partie continentale dans l'avenir ?

Premier Ministre Li Keqiang : Notre politique et notre principe à l'égard de Taiwan sont constants et clairs, c'est le respect du principe d'une seule Chine et du « Consensus de 1992 ». Sur cette base, nous serons heureux de voir tous les partis politiques, associations et personnalités de Taiwan développer des échanges avec nous, et dialoguer avec nous sur les relations inter-détroit et l'avenir de la nation chinoise.

Nous continuerons d'œuvrer à un développement pacifique des relations inter-détroit et à la réunification de la patrie. Nous nous opposons aux actes sécessionnistes visant l'« indépendance de Taiwan » sous quelque forme que ce soit et à toute ingérence extérieure.

Nous estimons depuis toujours que les deux rives du détroit appartiennent à la même famille. Depuis des années, nous avons adopté des politiques préférentielles en faveur des entreprises et de nos compatriotes de Taiwan qui en ont pour la plupart bénéficié. Nous poursuivrons l'effort pour que nos compatriotes de Taiwan continuent de partager les opportunités de développement de la partie continentale, et pour promouvoir un développement intégré des relations inter-détroit. 

W020210312583570268067.jpg

Quotidien du Peuple : Avec l'apparition de la COVID-19, des problèmes concernant le bien-être de la population se posent avec acuité, comme l'accès aux soins médicaux et à l'éducation et la prise en charge des personnes âgées et des enfants. Ces problèmes sont des failles dans le développement économique et social de notre pays et affectent le sentiment de satisfaction et de bonheur du peuple. Quelles sont les mesures que prendra le gouvernement pour relever ces défis ?

Premier Ministre Li Keqiang : Cette année,nous avons prévu une légère augmentation des dépenses totales du gouvernement et nous nous penchons davantage sur les nombreuses questions des domaines vastes du bien-être social, notamment l'enseignement obligatoire et l'assurance-maladie de base. Si l'économie chinoise poursuit sa dynamique dans la deuxième moitié de l'année, les fonds des finances publiques et les fonds levés par l'émission des obligations gouvernementales iront davantage dans ce sens. C'est vrai que ces fonds ne joueraient pas un rôle visible sur la croissance économique de cette année, mais ils pourront apporter un appui au développement de long terme de la Chine et au développement du bien-être social. Nous garderons à l'esprit le principe du développement centré sur le peuple, composante majeure de la Pensée de Xi Jinping sur le socialisme aux couleurs chinoises de la nouvelle ère. Un gouvernement du peuple doit répondre aux attentes du peuple.

L'éducation et la santé sont étroitement liées à l'avenir de chaque foyer, de notre pays et de notre nation. Récemment, dans des discussions avec des délégations, j'ai appris d'un proviseur du lycée que dans les lycées ruraux, on manquait de bons enseignants. Ces enseignants touchent un salaire modeste et ont des difficultés pour renforcer leur qualification. Cette année, nous travaillerons avec détermination à mieux former les enseignants à la campagne sur leurs postes, et nous leur donnerons des politiques préférentielles en ce qui concerne l'évaluation du titre professionnel. Par ailleurs, nous travaillerons à assurer que les enfants des travailleurs migrants en ville avec une carte de résidence ont accès à l'éducation. Nous ne pouvons faire perdre à ces enfants la chance d'être éduqués simplement en raison de leur situation de famille et de leur région d'origine. Dans l'égalité des chances, l'égalité en matière d'éducation est la plus importante.

La santé est la base du bonheur. Elle représente aussi une force productive. Les établissements de soins médicaux aux échelons de base sont relativement faibles. C'est pourquoi les gens, quand ils sont malades, ont l'habitude de se ruer vers les hôpitaux des grandes villes. Cette année, le gouvernement se penchera davantage sur les établissements médicaux aux échelons de base, y compris les dispensaires ruraux, et prendra toutes sortes de mesures concernant le remboursement des frais de médicaments pour maladies courantes et de consultation, et le prix des médicaments et des consommables médicaux de grande valeur. Nous souhaitons, par ces mesures concrètes, apporter des bénéfices tangibles au peuple. Nous lui donnerons plus de facilités et allégerons ses fardeaux en ce qui concerne les soins médicaux. C'est en faisant de tel que nous pourrons consolider les acquis de la lutte contre la pauvreté et prévenir le retour dans la pauvreté à cause des maladies.

En ce qui concerne la prise en charge des personnes âgées et des enfants, nous ferons venir des acteurs privés pour développer les services de proximité par des politiques préférentielles notamment dans le domaine fiscal. Ainsi pourrons-nous apporter plus d'assistance aux foyers et réduire leurs fardeaux. Dans les domaines du bien-être social, il y a encore beaucoup de choses à faire. Nous devons continuer à améliorer les conditions de vie de la population par le développement. Actuellement, le système de la protection sociale couvre des domaines aussi vastes que possible, et se concentre sur les services de base. Dans l'avenir,nous perfectionnerons le système de la protection sociale et privilégierons les domaines clés comme l'enseignement obligatoire et l'assurance-maladie de base qui concernent tout le monde et l'avenir de notre pays et de notre nation. Tous les gouvernements doivent porter effectivement ces responsabilités.

Lianhe Zaobao : La Chine a avancé l'idée d'accélérer la création d'une nouvelle dynamique de développement où la circulation domestique est le pilier principal et que les circulations domestique et internationale se renforcent mutuellement. Est-ce que c'est un retrait stratégique que la Chine se voit obligée d'adopter face à l'encerclement des États-Unis et des autres pays occidentaux ? Quels seront les changements qu'apportera le développement de la circulation domestique et de l'immense marché domestique ? Est-ce qu'il y aura moins d'espace de développement pour les investissements étrangers ?

Premier Ministre Li Keqiang : La Chine est entrée dans le nouveau stade de développement. Elle porte une nouvelle vision de développement et œuvre à une nouvelle dynamique de développement où la circulation domestique est le pilier principal et que la circulation domestique et la circulation internationale se renforcent mutuellement. Cela a pour but de renforcer le marché domestique et d'élargir l'ouverture sur l'extérieur, car l'économie chinoise est profondément intégrée dans l'économie internationale et la Chine et le monde extérieur sont étroitement interdépendants. Fermer ses portes n'aboutit à rien. La Chine prend l'initiative de poursuivre inlassablement son ouverture, car l'ouverture est dans l'intérêt de la Chine et du monde entier. Nous œuvrons à accroître la demande intérieure pour tirer le développement national, et cela représente de grandes opportunités pour les investissements, les produits et les services étrangers. Lors de mes discussions avec une délégation provinciale, un entrepreneur a dit que favoriser la circulation domestique contribuerait au développement du marché national et favoriser le renforcement mutuel entre les deux circulations contribuerait à l'exploration du marché international, et que les deux marchés pourraient être associés. Ces quelques mots simples expriment une idée pertinente.

L'ouverture nécessite des efforts collectifs de tous les pays. L'année dernière, grâce aux efforts de huit ans, les dix pays de l'ASEAN, la Chine, le Japon, la République de Corée, l'Australie et la Nouvelle Zélande ont pu parvenir à la signature du RCEP. C'est la plus grande zone de libre-échange dans le monde entre pays aux systèmes sociaux, aux cultures et aux stades de développement différents. Cela démontre que le respect mutuel et l'égalité permettent de parvenir à des consensus, d'identifier des intérêts communs,de promouvoir le bien-être de la population, de favoriser la stabilité des chaînes industrielles et d'approvisionnement régionales et d'insuffler une nouvelle dynamique à la croissance économique mondiale. La Chine est une composante importante dans les chaînes industrielles et d'approvisionnement mondiales. Nous jouerons notre rôle et assumerons nos responsabilités pour préserver le système commercial multilatéral basé sur les règles de l'OMC. Nous sommes favorables et ouverts à tout mécanisme bilatéral ou multilatéral qui favorise le bénéfice mutuel.

La Chine conservera l'initiative de s'ouvrir sur l'extérieur. Nous continuerons de raccourcir la liste négative pour les investisseurs étrangers et d'élargir l'ouverture du secteur des services et d'autres secteurs. Beaucoup d'entreprises étrangères suivent de près le développement de l'environnement d'affaires en Chine. Nous poursuivrons nos efforts pour créer un environnement d'affaires conforme aux règles du marché, à la législation et aux normes internationales. Nous redoublerons d'efforts pour stimuler la demande intérieure et élargir l'ouverture pour que la Chine reste une destination privilégiée des investisseurs étrangers et un immense marché dans le monde.

La conférence de presse s'est tenue en visioconférence reliant la Grande Salle dorée au 2e étage du Grand Palais du Peuple avec le Centre de presse pour les sessions de l'APN et de la CCPPC au Media Center Hotel. La conférence de presse a duré environ 110 minutes.

Copyright © L'Agence Chinoise de Coopération Internationale pour le Développement.
Tous droits réservés. Site web réalisé par le China Daily.
京ICP备18041594号
京公网安备 11010202007780号